Crève Sans Moi

1991 Points

Type de ChansonOriginale
Style MusicalChanson Française
LangueFrançais
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Vous devez être connecté pour Voter.
Connexion / Inscription
Loading…

L'histoire de Crève Sans Moi

« Crève Sans Moi » fut écrite sur un coin de table, au cours d’une escapade Berlinoise au début de l’année 2020. Oxygénée par le voyage, à quelques semaines du début du confinement, il y résonne un authentique cri d’amour à la vie, à travers lequel le narrateur, imbibé des beautés ineffables de ce monde, exprime son rejet catégorique d’une société qui lui semble tout à fait antagoniste à la culture de cette même beauté.

Il n’était initialement pas prévu que je présente ce titre à mon audience, mais puisque l’heure est au confinement, et donc au calme, à l’introspection, et à la méditation, j’ai senti que la période était excellente pour diffuser un tel message. Car derrière le titre d’une violence inouïe, se cache un véritable hymne à la vie où l’on se voit reconduire aux beautés fondamentales de l’existence assis sur un doux nuage de métaphores.

L’Oiseau Oisif

Les paroles de Crève Sans Moi

CRÈVE SANS MOI

Te rappelles-tu combien ravive le vent,

Comme le soleil mordille la peau,

Qu’en s’attardant en silence dans l’océan

On devine dans ses remous la symphonie de l’eau ?

Te rappelles-tu que dans le creux de nos mains

Rien ne sera jamais hier ou demain,

Que certains sourires n’ont rien à vendre,

Ne naissent sur le visage que pour que l’on puisse s’y détendre…

C’est pourquoi, ne m’en veux pas,

Je ne ferai plus un pas vers toi,

Car ta cage, bien qu’elle soit d’or,

Vibre moins que le cœur d’un mort,

Et moi la mort, de mon vivant, jamais elle ne m’aura !

Société, aux rêves flingués : crève sans moi.

Te rappelles-tu de l’éclat d’un paysage

Après en avoir épuisé les couleurs,

Que l’on ne tire d’une graine de douleur

Que l’enfer que tu caches derrière ta flatteuse image ?

Te rappelles-tu que je suis un être humain ?

Mais qu’entends-tu lorsque tu parles de l’humain ?

Bien que la terre se charge de boire notre sang,

Mon cœur, lui, n’oubliera jamais ton visage de tyran…

C’est pourquoi, ne m’en veux pas,

Je ne ferai plus un pas vers toi,

Car ta cage, bien qu’elle soit d’or,

Vibre moins que le cœur d’un mort,

Et moi la mort, de mon vivant, jamais elle ne m’aura !

Société, aux rêves flingués : crève sans moi.

Donnez votre avis sur la chanson

Réponses

  1. Ho Chanson-francaise …..vous pouvez m’expliquer pourquoi je suis passée de 54 points à -1 ?
    Z’êtes pas sérieux là ! C’est parce que je n’ai pas été sage ?
    Vous me faites beaucoup de peine ?
    Je vous zaime pu, voilà !