POÉSIE CHROIQUE

23 Points

Type de ChansonOriginale
Style Musicalchanson
LangueFrançais
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Vous devez être connecté pour Voter.
Connexion / Inscription
Loading…

L'histoire de POÉSIE CHROIQUE

Mal Armé est un Group de chanson, entre slam et influences rock-électro. Des textes écrits pour contenter l’âme, une musique rythmée et envoutante. Le groupe a pris corps en 2014 autour des deux membres Hugo Benin et Simon André. Un passionné de chanson à texte et féru de rock anglo-saxon…

Les paroles de POÉSIE CHROIQUE

POÉSIE CHRONIQUE

 

Je suis atteint de poésie chronique face à la misère du monde. Une envie de balancer l’austérité par-dessus le marché, de câliner les politiciens et les traders chevronnés, de balbutier que je les aime, quand même.

De passer en boucle les sonates de Mozart à la place de l’hymne national. De faire parader les bergers et leurs troupeaux, le jour du 14 juillet, devant la tribune présidentielle. De monter une tragédie grecque dans les couloirs de l’assemblée.

De tirer des fleurs sur les fusils et des plans sur la comète pour les cartésiens endurcis. D’arroser les champs des villes et nos coeurs sous le bitume avec nos rires, voir si ça pousse sous le pavé.

De répéter aux extrémistes du Front et aux guerriers des terres promises qu’il ne faut pas rester là ; « circulez, il n’est pas fait pour vous ce monde là ». Nous, on veut de l’équilibre, de l’espoir à nos chevilles et du vent dans nos voiles, sans idéaux pour nous servir.

J’ai besoin de dire aux prêcheurs de catastrophe que notre époque est bien plus forte que leurs crises et bien plus belle que leurs réseaux virtuels. J’ai envie de mettre en scène nos manies, de chanter nos blessures et de nous imaginer tout illuminés au milieu de la grande nuit, de ce qu’on n’a pas compris.

Je suis atteint de poésie chronique et mes chroniques sont en poésie, comme pour passer le baume sur nos coeurs, sur la mort qui de toute façon nous fait peur, et nous fera toujours peur, et c’est bien mieux ainsi…

Enattendant,je voudrais comprendre pourquoi tu pleures, pourquoi tu ne me dis pas que le monde te fait peur, comme à moi, nous serions deux ou peut-être six milliards.

Nous sommes faits de petites violences, sans conséquences, dans les villes, dans les salles de classe, en famille ou entre amis, jusqu’au jour où il n’y a plus de poésie, ni de vent dans nos pupilles.

Un brin de sel dans le brouillard, le goût ténu du mystère.Un souvenir suspendu, le retour à la terre, les retrouvailles d’un ami, la légèreté d’un matin nu ou la douceur d’une nuit. Et l’on s’en fait tout un royaume, une éternité de secours, un itinéraire de sens pour raviver notre amour.

Une accalmie, et l’on s’en retourne vers les autres, avec cette envie de poésie et cette soif du monde dans les tripes.

Je suis atteint de poésie chronique…

Donnez votre avis sur la chanson

Réponses