il me dit que je suis belle

Patricia Kaas connaît là un de ses plus grand succès, avec il me dit que je suis belle .

Il ya eu déjà le succès avec notamment  Mademoiselle chante le blues, mais Patricia Kaas, qui a 27 ans, cherche un nouveau souffle en ces débuts des années 90. Elle veut changer de compositeur et d’auteur, Barbelivien en ayant été l’un d’entre eux.

Elle aurait contacté plusieurs artistes, compositeurs et auteurs connus comme Jean-Jacques Goldman ou encore Marc Lavoine. C’est Goldman ( sous le pseudonyme Sam Brewski) qui lui écrit la chanson ! décidément, le talent… Un premier enregistrement en Angleterre n’est pas accepté par Goldman, un deuxième suit. Mais il n’est pas très satisfait et pour le single, il exige de refaire l »arrangement et l’enregistrement (il y a donc deux versions différentes, album et single) … et c’est plus de deux millions de disques qui sont vendus… ouah! …

VIDEO

à l’image de Patricia Kaas, la vidéo est sensuelle… et la chanson  de Goldman qu’elle chante inoubliable ! On peut reconnaitre le style de musique de Goldman.

Paroles

Et quand le temps se lasse
De n’être que tué
Plus une seconde ne passe
Dans les vies d’uniformité
Quand de peine en méfiance
De larmes en plus jamais
Puis de dépit en défiance
On apprend à se résigner
Viennent les heures sombres
Où tout peut enfin s’allumer
Quand les vies ne sont plus qu’ombres
Restent nos rêves à inventer
Il me dit que je suis belle
Qu’il n’attendait que moi
Il me dit que je suis celle
Juste faite pour ses bras
Il parle comme on caresse
De mots qui n’existent pas
De toujours et de tendresse
Et je n’entends que sa voix
Des mensonges et des bêtises
Qu’un enfant ne croirait pas
Mais les nuits sont mes églises
Et dans mes rêves j’y crois
Éviter les regards
Prendre cet air absent
Celui qu’ont les gens sur les boulevards
Cet air qui les rend transparents
Apprendre à tourner les yeux
Devant les gens qui s’aiment
Éviter tous ceux qui marchent à deux
Ceux qui s’embrassent à perdre haleine
Y a-t-il un soir, un moment
Où l’on se dit « c’est plus pour moi »
Tous les mots doux, les coups de sang
Mais dans mes rêves, j’y ai droit